Les 10 règles d’or de l’extension de maison

Bien des particuliers envisagent de faire construire une extension de maison afin d’agrandir la surface habitable de leur logement. Celle-ci se prête à toutes les utilisations : véranda, chambre supplémentaire, bureau, atelier… cependant, un projet d’extension est soumis à certaines réglementations importantes à connaître et fait l’objet d’un cahier des charges strict.

Afin de mener à bien votre projet, ABC Travaux vous propose de découvrir les 10 règles d’or de l’extension de maison.

1 – Se référer au PLU de sa commune

Avant toute autre chose, commencez par vous rendre en mairie afin de vous assurer de la validité de votre projet d’extension de maison. Vous devez en effet vous assurer de vos droits et obligations.

Les règles d’extension peuvent varier d’une localité à l’autre, et ces règles sont toutes répertoriées dans le Plan Local d’Urbanisme de la mairie ou du département.

Vous y trouverez :

  • le descriptif des bâtiments autorisés,
  • les règles relatives au style architectural du secteur,
  • toutes les autres conditions locales.

2 – Consulter le Plan d’Occupation des Sols

Dans la plupart des communes, le POS est désormais intégré au PLU. Sachez toutefois que ce n’est pas encore le cas partout. Certaines mairies ont ainsi obtenu une dérogation de longue durée et fonctionnent encore entre POS et PLU.

Pensez donc à demander à votre mairie si le Plan d’Occupation des Sols est intégré au PLU, ou s’il doit être consulté à part.

Définir les dimensions de son extension

3 – Définir les dimensions de son extension

Quelle que soit la nature du PLU ou du POS, vous pouvez être contraint dans les dimensions de votre extension en cas de réglementation spécifique.

Les nouvelles normes relatives à l’efficacité énergétique des bâtiments, vous contraignent notamment aujourd’hui dans ce sens. De fait, les dimensions d’une extension :

  • sont limitées à 30 % de la surface totale du bâtiment (taille avant travaux),
  • ou ne peuvent porter la surface totale du logement à plus de 150 m².

Dans les faits, il vous est possible de dépasser ce seuil, mais vous serez alors soumis à une taxe plus importante et contraignante.

Extension de maison et démarches administratives

4 – La déclaration préalable de travaux

Le dépôt d’un permis de construire n’est pas systématique en cas de projet d’extension. En revanche, à moins que votre extension mesure moins de 5 m², vous êtes tenu d’effectuer une déclaration préalable de travaux en mairie. En moyenne, la réponse à votre demande de travaux vous parviendra sous 30 jours.

Bon à savoir : la nouvelle surface habitable doit, dans tous les cas, être déclarée aux services fiscaux sous 90 jours après la date d’achèvement des travaux.

5 – Le permis de construire

Le dépôt d’un permis de construire en mairie est une étape obligatoire dès lors que votre projet d’agrandissement concerne une extension supérieure à 20 m², voire 40 m² dans certaines communes.

Fort heureusement, les démarches relatives au permis de construire sont aujourd’hui plus souples, et le retour de votre mairie survient en moyenne sous deux mois.

6 – Extension et réglementation thermique

Tout agrandissement est considéré comme construction neuve et doit donc respecter la norme RT 2012.

Une norme qui s’attache à réglementer les dépenses énergiques maximales de la construction. L’isolation de l’extension doit ainsi répondre aux exigences de cette norme.

Attention : si le système de chauffage de l’habitation ne s’adapte pas à cette nouvelle surface, vous serez alors contraint de lui apporter des modifications respectant la norme RT 2012.

Recourir à un architecte pour une extension de maison

7 – Recourir à un architecte pour une extension de maison

Faire appel à un architecte pour la réalisation d’une extension de maison n’est pas obligatoire, à moins que la nouvelle construction ne porte la surface au plancher totale de votre logement à 150 m² et plus.

En dessous de cette surface, si l’intervention d’un architecte n’est pas obligatoire, elle reste toutefois fortement conseillée. En effet, le professionnel est en mesure de vous proposer des plans à la fois :

  • pertinents,
  • optimisés,
  • esthétiques,
  • et bénéficiant de toutes les qualités techniques.

8 – Utiliser les contraintes techniques à son avantage

Tout projet d’extension de maison est soumis à des contraintes techniques qui lui sont propres, telles que l’implantation du lieu, les règles d’urbanisme, la proximité du voisinage, etc.

Mettre en perspective l’ensemble de ces contraintes permet de les considérer comme des forces qui apportent un cadre à votre projet.

Restez flexible et gardez l’esprit ouvert, car votre projet initial connaîtra nécessairement des évolutions en cours de route.

9. Veiller à la luminosité de l’extension

Une extension engendre nécessairement des transformations de votre logement. Si le projet nécessite de condamner certaines ouvertures de la maison, l’apport de lumière dans les lieux peut être réduit.

Votre extension doit donc être pensée pour offrir le plus de luminosité possible. Pour cela, vous pouvez opter pour :

  • de grandes ouvertures,
  • des fenêtres de toit,
  • un puits de lumière,
  • etc.

La lumière naturelle doit se propager sans mal à travers toute la nouvelle extension, mais aussi à travers les pièces du bâtiment plus ancien.

Adhérer au mélange des styles architecturaux

10 – Adhérer au mélange des styles architecturaux

Lorsque le PLU le permet, l’extension peut offrir un style architectural très différent de celui de la maison.

Ainsi, vous pouvez ici jouer avec les matériaux, les couleurs, les hauteurs… dans le but de rompre la monotonie de votre habitation.

Tristan Albanese

Je m'appelle Tristant, 35 ans. En 2017, j'ai décidé de lancer mon site Abctravaux.org pour partager mon savoir faire dans le domaine des travaux. Fort d'une expérience de 15 ans dans le bâtiment, j'ai décidé de créer mon site vous aider à estimer vos travaux.

abctravaux.org - Estimez le prix des travaux de votre maison