Comparatif des différents isolants phoniques

Les bruits de circulation, le passage des avions et des trains et la proximité du voisinage sont autant de sources de nuisances sonores que nous subissons au quotidien. Le secteur de l’isolation phonique a ainsi très largement évolué ces dernières années. Il offre désormais un large panel d’isolants phoniques aux performances variables.

Entre matériaux biosourcés, nouvelles innovations et isolants synthétiques… vous ne vous y retrouvez plus ? ABCTravaux vous guide grâce à ce comparatif des différents isolants phoniques.

Les isolants phonique en matériaux biosourcés

Les isolants phoniques biosourcés

Confort et préoccupations environnementales sont loin d’être incompatibles. L’habitat est au premières loges en la matière et fait la part belle aux matériaux naturels et écoresponsables. Il serait dommage de s’en priver ici, car ces matériaux sont très performants en termes d’isolation phonique. En effet, à l’inverse des isolants thermiques qui usent majoritairement de matériaux synthétiques, les isolants phoniques favorisent les matériaux biosourcés.

Le liège

Le liège, isolant phonique par excellence, est un matériau traditionnellement utilisé pour l’isolation des salles de spectacle. Il est tout indiqué pour vous protéger des bruits d’impacts et aériens.

Une fois déchiqueté, chauffé, aggloméré et ignifugé, le liège s’avère être un très bon isolant phonique, mais aussi thermique. Imputrescible, il offre en outre une parfaite régulation de l’humidité.

L’ouate de cellulose

Le succès de l’ouate de cellulose augmente constamment. Naturelle et recyclable, elle se compose de papier journal déchiqueté et ignifugé.

Là encore, il s’agit d’un excellent isolant phonique et thermique. Pour couronner le tout, le prix en baisse de l’ouate de cellulose est aujourd’hui équivalent à celui de la laine minérale (un isolant synthétique).

L’ouate de cellulose est toutefois sensible à l’humidité. Sa pose s’avère donc relativement technique afin de pallier le problème.

Les fibres de bois ou de coco

Les fibres de bois et de coco bénéficient de bonnes performances isolantes, très proches des précédents isolants biosourcés mentionnés ci-dessus.

Sensible à l’humidité, ce matériau présente le même inconvénient principal que l’ouate de cellulose.

Les nouveaux isolants phoniques

Les nouveaux isolants phoniques

Parmi le vaste marché de l’isolant phonique, deux matériaux méritent amplement d’attirer votre attention. Il s’agit de deux isolants phoniques à la fois extrêmement qualitatifs et très onéreux. Ces nouveaux isolants profitent des meilleures performances en termes d’isolation phonique.

L’aérogel

Isolant du futur par excellence, l’aérogel est aujourd’hui le meilleur isolant phonique et thermique qui puisse exister.

Ce matériau translucide, à la légèreté incomparable, se compose de 99,8 % d’air. Et c’est justement cette teneur en air qui lui permet de bénéficier de telles performances d’isolation.

En revanche, son prix est à la hauteur de ses qualités et avoisine les 1 000 € par m². Gageons toutefois que ce prix exorbitant ira en descendant au cours des prochaines années.

La mousse résolique ou phénolique

La mousse résolique est obtenue par réaction chimique entre du formaldéhyde et une base phénol. Ce mélange produit une mousse très dense et de couleur rouge. Là encore, les performances d’isolation du produit sont particulièrement élevées.

De fait, la mousse phénolique fait partie des meilleurs isolants aujourd’hui disponibles dans le commerce. Des performances supérieures à celles du polystyrène et du polyuréthane. Seul l’aérogel lui est donc supérieur.

En revanche, si son prix est plus abordable que celui de l’aérogel, il reste plus élevé que celui du polyuréthane. Là encore, la popularité croissante du produit permettra sans nul doute, et très prochainement, une chute de son prix.

Les différents isolants synthétiques

Les différents isolants synthétiques

Les isolants synthétiques sont couramment employés comme isolants thermiques. Toutefois, il est bon de noter que les performances acoustiques de ces matériaux sont assez moyennes.

La vermiculite

Sans aucun doute, la vermiculite bénéficie de propriétés thermiquement isolantes très intéressantes. Ce minerai se présente sous la forme de granulés que l’on souffle ou que l’on ratisse dans l’espace à isoler.

Malgré ses performances, la vermiculite ne peut malheureusement figurer en bonne place dans ce comparatif. En effet, cet isolant pose un important problème sanitaire au cours de sa fabrication qui implique la présence ponctuelle d’amiante dans le minerai. On imagine donc un degré de dangerosité important de ce procédé de fabrication. En revanche, le produit achevé est totalement inoffensif.

Le Fermacell

Nouveau sur le marché des isolants, le Fermacell a pour objectif de remplacer à terme le placo. En effet, il en assure le même rôle, tout en offrant de meilleures performances. Avantage à ne pas négliger, il se compose en grande partie de matériaux recyclés.

De fait, le Fermacell profite d’une isolation phonique et thermique bien supérieure à celle du placo.

Son prix plus élevé ne lui permet toutefois pas d’être, à ce jour, suffisamment compétitif pour prendre le pas sur le placo qui reste financièrement bien plus abordable.

Les laines minérales

Si les laines minérales offrent des performances thermiques intéressantes, leurs qualités acoustiques sont en revanche très moyennes. Seule solution ici, augmenter considérablement l’épaisseur de l’isolant afin d’atteindre les mêmes performances phoniques que ses concurrents.

Bon à savoir : que vous favorisiez la laine de roche ou la laine de verre, cela ne fera aucune différence sur le plan acoustique.

Tristan Albanese

Je m'appelle Tristant, 35 ans. En 2017, j'ai décidé de lancer mon site Abctravaux.org pour partager mon savoir faire dans le domaine des travaux. Fort d'une expérience de 15 ans dans le bâtiment, j'ai décidé de créer mon site vous aider à estimer vos travaux.

abctravaux.org - Estimez le prix des travaux de votre maison